COMICI

 Miss CI2022/ Daoukro : Mlle COMARA Samira remporte l’élection

L'identité de la plus belle femme de la région du Iffou a été révélée le samedi 9 avril dernier  à l'issue d'une cérémonie de prestige au Palais des Congrès de l’Hôtel la paix à Daoukro.

daou1.jpeg

La soirée qui a tenu toutes ses promesses a eu lieu en présence de plusieurs  personnalités de la région. A la fin des différentes allocutions et les réclames des annonceurs, devant un public surchauffé,  les 12 candidates se sont soumises au traditionnel rituel des trois passages du concours (Tenue traditionnelle, tenue de soirée et la tenue olympique).  

C’est donc à travers son charme naturel, sa belle démarche  et son sourire, que la jeune étudiante de 22 ans en licence 3 finance COMARA Samira,  a su jouer de ses atouts pour séduire les membres du jury et le public à chacune de ses apparitions.

Terminant grande gagnante de la présélection de Daoukro devant la première dauphine  SYLLA Birame - 21 ans, étudiante en licence 3 marketing, 1ere dauphine, et  SANA Fatim - 21 ans - 1m73, étudiante en deuxième année finance comptabilité, 2ème dauphine. Les Miss ont reçu de nombreux lots des partenaires et sponsors.d8b5458546454147809f7c81539d9738.webp

Le lendemain dimanche 10 avril 2022, les membres du COMICI,   la Miss élue de la région de l’Iffou, ses dauphines et toutes les autres candidates malheureuses ont rendu une visite, comme il est de coutume, au Président Henri Konan Bédié. Comme il en a l’habitude, le Président du PDCI a tenu à rencontrer les miss et le COMICI pour marquer son attachement à ce concours qui participe à la célébration de l’excellence et à l’émancipation  de la femme.   Il en a profité  pour adresser ses encouragements au COMICI piloté par Victor Yapobi et au comité local. Sans toutefois oublier de  prodiguer de sages conseils aux nouvelles élues qui porteront  la région de l’Iffou à la finale nationale.

En attendant, la septième étape des présélections régionales est prévue ce samedi à Abengourou, la capitale de l’Indénié.

    

 

 

Daniel Nessemon

Commenter